Aissa Hamada et les différents types de randonnées

La randonnée est une activité physique s’effectuant principalement sur un terrain légèrement accidenté qui ne dure pas plus d’une journée. Que la motivation soit familiale, gastronome, sportive ou spirituelle, les randonneurs ont toujours, à un moment donné, un prétexte à randonner. Seule ou en groupe, elle peut être effectuée par tous les membres de la famille à condition de choisir la marche adéquate. Il est donc essentiel de connaitre les types de parcours qui correspondent au mieux à toute la famille et aux matériels.

La balade, rien de tel pour se ressourcer en famille selon Aissa Hamada

La balade offre diverses activités en famille puisque c’est un moyen de cueillir ensemble des champignons ou de découvrir les différents paysages environnants sur les quelques kilomètres de sentiers balisés « Promenade et Randonnée ».

Ce parcours s’effectue en général sur les terrains légèrement accidentés et de type moyenne montagne. Il ne dure pas une journée et ne présente pas de passages techniques afin que les enfants puissent le faire sans souci.

Il est conseillé de privilégier l’adhérence, le confort et la légèreté pour le choix des chaussures dans ce type de randonnée. Il ne faut surtout pas négliger les équipements même si les balades ne sont pas techniques.

Il faut plutôt avoir une paire de running qu’une de basket, de ville ou de tennis peu adhérente qui n’apporte aucun maintien si le randonneur ne veut pas s’investir dans une chaussure de randonnée.

Il ne faut pas non plus prendre à la légère les chaussures à tige intermédiaire si la personne est particulièrement fragilisée ou peu expérimentée puisque cela apporte une protection optimale selon la confirmation de Aissa Hamada. Cliquer ici pour le contacter.

Le trekking et la Grande Randonnée

Le trekking est une randonnée pédestre généralement effectuée dans les régions montagneuses. Il est actuellement désigné comme la randonnée itinérante organisée durant plusieurs jours pouvant aller jusqu’à une semaine.

La spécificité de la Grande Randonnée est le bivouac. Les randonneurs campent sous la belle étoile ce qui fait de celle-ci une aventure. Elle consiste également à partir d’un point pour arriver à un autre ou faire une boucle sur un point donné.

Ce mode de voyage alliant découvertes et aventure est actuellement en grande expansion puisque les agences le popularisent auprès des touristes et des sportifs recherchant une aventure, affirme Aissa Hamada.

Faire une Grande Randonnée rime toujours avec effort physique et moral. Un randonneur qui choisit de se lancer dans le trekking doit avoir une grande passion pour la marche à pied. Les différents types de Grande Randonnée proposées par les agences permettent à toutes les catégories de trekkeurs de l’effectuer et d’en participer.

Elle ne nécessite normalement pas de grands efforts physiques si la personne choisit un itinéraire qui est n’est pas trop ardu pour lui. Un randonneur doit toujours se déplacer avec un équipement le plus léger possible pour la journée et l’équipement lourd doit le suivre par des moyens de transport locaux (4X4, lamas, dromadaires, etc.).

Les trekkeurs qui partent seuls se chargent eux-mêmes de leur bagage et de son transport. De nombreuses options s’offrent aux randonneurs quant à leur hébergement. Il est possible de s’abriter sous une tente ou de demander aux autochtones leur hospitalité. Les hôtels et les gîtes rudimentaires sont également des alternatives s’offrant aux trekkeurs.

Les stricts nécessaires doivent être contenus dans un sac à dos léger et les chaussures doivent être adhérentes, semi-rigides, relativement crantées, hautes ou à tige intermédiaire. Les modèles imperméables et celles qui ont une protection pare-pierres sont à privilégier.

Aissa Hamada en dit davantage sur les randonnées dans les Alpes.

L’alpinisme, la randonnée technique

L’alpinisme se définit par les pratiquants par la spécificité du milieu et de l’état d’esprit. C’est un milieu spécifique où l’activité se déroule « au-delà du sentier » et où les équipements sont réduits. L’isolement géographique est cité comme facteur clé de cette activité sportive.

Le rocher, la neige ou la glace, hostiles à l’homme, représentent un endroit somptueux qui nécessite une connaissance à l’avance avant de les dompter. L’altitude n’est pas vraiment la condition sine qua non pour définir l’alpinisme puisqu’en Ecosse, les adeptes ne le pratiquent comme ceux dans les hautes montagnes.

Il faut donc les outils nécessaires et les techniques spécifiques pour pouvoir appréhender ce milieu hostile. Un alpiniste a besoin dans ce cas d’une corde, d’un piolet et des crampons. Il faut cependant noter que ces matériels ne sont pas suffisants pour gravir la montagne de glace, de roche ou de neige.

Plusieurs alpinistes évoquent la liberté en choisissant leurs objectifs, les moyens pour parvenir à leurs fins, leurs itinéraires et leurs degrés d’engagement. L’alpinisme représente ainsi la séparation avec la « vie d’en bas » pour vivre une liberté en altitude.

Cette pratique renvoie au ressourcement, au silence et à la solitude sans que ces derniers ne se contrastent à l’amitié et au partage. Selon certains alpinistes, quelques qualités humaines ne se trouvent qu’en haute montagne.

Les uns parlent de la fierté utile face à la nature tandis que les autres mentionnent l’humilité qui est toujours présente à chaque mètre effectué. Le respect de Mère nature est aussi souvent cité selon la confirmation du randonneur Aissa Hamada.

L’effort est un élément-clé de l’alpinisme, cela ne fait cependant pas que c’est un sport. Il est plutôt au-delà d’une activité sportive ! La notion d’école de vie et l’aspect de passion sont souvent énoncés. Il s’inscrit dans le temps, puisque d’une part, l’alpiniste est relié avec le côté culturel et historique et d’autre part, l’expérience permettant d’avoir son autonomie s’acquiert avec la durée de la pratique.

La randonnée dans le désert et dans la région sèche

Le trek dans le désert est un genre spécialement conçus pour les randonneurs de haut niveau et qui sont aptes à s’adapter aux conditions météorologiques et aux conditions de terrain. Les étapes durent normalement 5 heures. Aissa Hamada fait découvrir ses recherches.

Elles sont alternées par plusieurs haltes pour que les participants puissent reprendre le souffle puisque la fatigue et la déshydratation sont pénibles sous une grande chaleur. Chaque groupe est accompagné et guidé par un guide professionnel et chaque randonneur peut emporter un sac qui ne doit pas peser plus de 15 kg transportés par des dromadaires ou des ânes.

Le climat désertique joue un mauvais tour pour les randonneurs de l’extrême. La température avoisine les 50°C le jour et elle peut descendre jusqu’en dessous de 2°C à la tombée de la nuit. C’est pourquoi il est important d’emporter deux catégories de vêtements : les blousons et les pulls pour la nuit et les t-shirts le jour. Il est conseillé de toujours se préparer à une éventuelle tempête de sable.

Il est aussi essentiel d’éviter la surchauffe du pied. La meilleure chaussure est celle qui est légèrement crantée, légère, souple et sans membrane. La toile est la fibre naturelle à privilégier en ce qui concerne la matière avec laquelle elle est fabriquée.

Les chaussures très aérées spéciales randonnées sont idéales pour une randonnée dans le désert. Une tige montante permet d’éviter les entrées de sable si le randonneur est contraint de marcher, cela protège également des entorses engendrées par l’instabilité du terrain.

Les lunettes de soleil et la crème-écran total sont les bienvenus dans les milieux désertiques pour se protéger du rayonnement solaire souvent très fort dans les régions sèches. Plus de 3 litres d’eau par jour est utile pour compenser la perte d’eau. Il ne faut pas non plus oublier la boussole pour s’orienter puisque dans le désert tout se ressemble.

Le trail et le raid

Le raid ou le trail est une course qui se déroule dans un milieu naturel. Son concept est d’enchaîner de nombreuses épreuves dans plusieurs disciplines qui peuvent durer un ou quelques jours.

Les sports d’endurance sont souvent prédominants puisqu’il se peut qu’il y ait une course à pied (en milieu naturel) du canoë ou du VTT. Il n’est pas rare que cette activité sportive comporte aussi une compétition de tir à l’arc ou de tir tout court.

Les sentiers lors d’un trail ou d’un raid ne sont pas forcément balisés, ce qui nécessite la parfaite maîtrise de la lecture de la carte et l’utilisation de la boussole puisque les randonneurs doivent se trouver dans un endroit précis avant de passer à l’étape suivante.

Aissa Hamada cite aussi la course d’orientation qui fait partie d’une composante incontournable des trails, elle s’effectue par équipe de deux personnes demandant ainsi un travail collectif.

Le raid comprend 3 catégories : la course nature ou courte distance, celle à moyenne distance et l’UltraTrail ou longue distance.

Tout d’abord, le trail courte distance est disputé sur une longueur de moins de 30 km dans le cadre naturel (sentiers ou chemins). Ensuite, le trail moyenne distance varie entre 30 et 65 km pour une dénivellation comprise entre 1.000 et 3.000 mètres. Enfin, l’UltraTrail se dispute sur une distance de plus de 100 km.

Les matériels lors d’un raid doivent être légers, aussi bien les vêtements que les chaussures dont il existe des modèles spécialement conçus pour offrir une technicité optimisant un maintien latéral du pied.


Laisser un commentaire